Manifestations/Réflexion | Reflection

Point d’interrogation. (À propos du prochain colloque sur « Le droit à l’épreuve du genre »)

Dans le petit territoire réflexif et scientifique que la question du genre et du féminisme en droit français constitue encore aujourd’hui, il faut faire attention à ne pas se réjouir trop vite lorsque l’on est mis au courant d’un évènement reprenant ces mots-clés. Preuve en est un colloque organisé le 7 mai prochain à l’Université d’Angers et qui, à l’aide d’un titre alléchant, arrive presque à faire croire au ou à la chercheur-e intéressée qu’il lui faut, coûte que coûte, trouver un moyen d’y assister.

En effet, si on lit attentivement le paragraphe de présentation du colloque, lequel emploie savamment un jargon théorique se voulant légitimant, on se rend vite compte que l’objet du colloque n’est pas, en fin de compte, d’examiner « le droit à l’épreuve du genre », mais bien plutôt l’inverse, c’est-à-dire mettre « le genre à l’épreuve du droit », ou des conceptions que certains juristes/penseurs du droit en ont. Ces conceptions s’articulent, toujours selon le paragraphe introductif, autour de la « tradition », d’un « fondement anthropologique » de la règle juridique, d’une « nature du droit », lesquelles sont mises à mal par des « mutations juridiques postmodernes » reposant sur un « vecteur idéologique » innommé.

Loin de nous toutefois l’idée de vouloir crier au blasphème – ce serait presque ironique – et d’appeler au boycott. Il nous apparaît néanmoins indispensable d’inviter tout-e un-e chacun-e à s’interroger sur les postulats spécifiques sur lesquels repose le « fil rouge » intellectuel de ce colloque, dont certains des organisateurs ont signé l’appel contre le mariage pour tous. Le débat scientifique libre et éclairé constitue la pierre angulaire de la production du savoir. Gageons que ce genre de colloque nous permette de nourrir un débat qui, pour l’instant, dans l’espace académique juridique français, est soit isolé, soit même pas encore né!

Bérénice Schramm

Le droit à l’épreuve du genre

Le 7 mai 2015

Balance blanche sur fond bleu



9h15 – 17h00 | Amphi. Volney, Faculté de droit, d’économie et de gestion     
13 allée François Mitterrand | 49 036 Angers
Université d’Angers | Campus Saint Serge

Ce colloque est organisé par le Centre Jean Bodin laboratoire de recherche juridique et politique sous la direction de Joël HAUTEBERT Professeur à l’université d’Angers.
PRÉSENTATION

Le droit à l’épreuve du genre

Évoquer la relation entre droit et genre place la définition de la normativité juridique au cœur de la problématique. Le souci épistémologique, fil rouge de ce colloque, implique de porter tout d’abord notre attention sur les fondements philosophiques du genre qui sous-tendent une approche sociologique du droit. Cette dernière modifie la conception même de la règle juridique et de son fondement anthropologique. Mis à l’épreuve par cette approche sociologique, il est possible d’élargir le questionnement sur le droit en interprétant la diffusion du genre comme une conséquence, parmi d’autres, des mutations juridiques postmodernes, soutenues par un vecteur idéologique, à l’origine de l’introduction du genre dans le droit, perturbant les lignes traditionnelles de démarcation politique.
N’est-il pas paradoxal d’assimiler le droit à une violence symbolique véhiculant des stéréotypes, et de souhaiter l’édiction de nouvelles normes favorables à une approche dite « genrée »? L’examen précis de l’intégration du genre dans les normes juridiques, à travers l’exemple du droit français et de la jurisprudence de la Cour Européenne des Droits de l’Homme, puis des rapports du genre avec l’égalité et la liberté, devrait expliciter les confrontations conceptuelles sur la nature du droit et les enjeux sociaux et politiques qui en découlent.

 

PROGRAMME

Télécharger le programme

9H15 | accueil

9H45 | Allocution d’accueil

Michèle FAVREAU, Doyen de la faculté de droit, économie et gestion de l’université d’Angers

 

Propos introductifs

Joël HAUTEBERT, professeur à l’université d’Angers

 

Matinée | Présidence

Hervé RIHAL, professeur à l’université d’Angers, directeur du centre Jean Bodin

10H00 | Le genre et le droit. De quoi parlons-nous ?

   La théorie du genre : enjeux anthropologiques et philosophiques

Bérénice LEVET, professeur au Centre Sèvres

 

   Le droit comme symbole

Alain SÉRIAUX, professeur à l’université d’Aix-Marseille

 La fiction juridique à l’épreuve des gender studies

Nicolas WAREMBOURG, professeur à l’université Paris I

– Échanges – pause
11H45 | La postmodernité, vecteur de diffusion du genre 

Genre, droit et postmodernité

Gilles DUMONT, professeur à l’université de Nantes

 

Le progressisme postmoderne

   Joël HAUTEBERT, professeur à l’université d’Angers

 

– Échanges
12H50 | Déjeuner
Après-midi | Présidence

Alain SÉRIAUX, professeur à l’université d’Aix-Marseille.

14H30 | L’introduction du genre dans le droit

   Genre et droit français

   Eva RABILLON, maître de conférences à l’université d’Angers

 

   Genre et jurisprudence de la CEDH

   Yannick LÉCUYER, maître de conférences à l’université d’Angers

– Échanges – Pause
15H45 | 

Genre et Égalité

   Catherine LABRUSSE-RIOU, professeur émérite de l’université Paris I

 

Genre et Liberté

   Anne-Marie Le POURHIET, professeur à l’université de Rennes 1

– Échanges
17H00 | Clôture

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s