COP21

En direct | Changements climatiques : dernière session de négociations avant la COP 21. La tension monte

La dernière session du groupe « ADP » pour Plateforme de Durban pour une action renforcée, créé en 2011 à Durban, lors de la COP 17, s’est déroulée à Bonn du 19 au 23 octobre 2015. La base de négociation était un texte d’une dizaine de pages proposé par les co-présidents du Groupe (voir le texte proposé raccourci : http://unfccc.int/resource/docs/2015/adp2/eng/8infnot.pdf). La session précédente, début septembre, leur avait en effet donner mission de rédiger un texte plus synthétique que celui adopté à Genève en février, de près d’une centaine de pages, réduit à 44 à la fin de l’été, mais reflétant encore de nombreuses options divergentes (voir le texte dans sa version du 8 septembre : http://unfccc.int/files/bodies/awg/application/pdf/adp2-10_8sep2015t1500_cwd.pdf). Cette confiance placée dans les co-présidents rendait l’observateur plutôt optimiste, tant la négociation entre les Parties – elles sont 195 plus l’Union Européenne Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques – s’avère peu productive. Les co-présidents se sont acquittés de leur mission non sans mal, proposant des formulations de compromis dans un texte relativement équilibré. Bien accueilli par les Parties, il aurait permis de débuter la négociation sur cette nouvelle base et d’avancer avant la COP 21. Or, il a été moyennement reçu, suscitant notamment la désapprobation des pays du Sud qui l’ont trouvé trop favorable aux vues des pays du Nord. La semaine de négociation a conduit à y réintroduire de nombreuses options divergentes, qui l’ont porté à 31 pages (voir : http://unfccc.int/files/bodies/application/pdf/ws1and2@2330.pdf ). Ce grossissement ne serait pas insurmontable si les options ne paraissaient pas si inconciliables. Les divergences entre les pays industrialisés, les pays émergents et les pays les plus pauvres demeurent très importantes. Au niveau de l’ADP, le processus de négociation permet d’avancer beaucoup trop lentement et semble dans l’impasse. Les ministres et chefs d’États devront reprendre la main lors de la COP 21, et trouver un compromis acceptable par tous sur un « paquet » portant aussi bien sur l’atténuation des changements (réduction des gaz à effet de serre), que sur l’adaptation à ce grand défi, en particulier pour les pays du Sud. En termes d’ambition, l’accord risque fort d’être timide. Selon les premières évaluations, les contributions que proposent les États nous conduisent plutôt à une augmentation moyenne des températures de 3° voire davantage, d’ici la fin du siècle. Il faudra donc que l’accord de Paris soit flexible dans le temps et conduise les parties à relever progressivement leur niveau d’ambition. Nul doute non plus que les engagements des pays du nord sur les financements et la réparation des « pertes et préjudices » causés par les changements climatiques seront déterminants pour finaliser ce paquet. Rendez-vous pris au 30 novembre prochain, pour l’ouverture de la COP 21 !

Sandrine Maljean-Dubois

Directrice de recherche au CNRS

Directrice de l’UMR 7318 (CNRS, Aix-Marseille Université, Université de Pau et des Pays de l’Adour, Université de Toulon)

Auteur avec Matthieu Wemaëre de La diplomatie climatique : de Rio 1992 à Paris 2015, éditions Pedone, Paris, septembre 2015.

Publicités

Une réflexion sur “En direct | Changements climatiques : dernière session de négociations avant la COP 21. La tension monte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s