Manifestations/Réflexion | Reflection

Inégalités salariales: la date qui remet tout en perspective

Cela fait maintenant 8 jours que les femmes européennes travaillent gratuitement. En effet, du fait des écarts moyens de salaires entre les hommes et les femmes en Europe, le manque à gagner horaire pour ces dernières – de l’ordre de 16,3%, représentent un montant équivalent aux 59 jours salariés qui restent dans l’année à compter du 2 novembre. Ou quand les pourcentages prennent vie, c’est souvent de manière triste et implacable.

Pour les femmes américaines, le calcul a été fait de manière inverse en début de cette année: il faudrait que celles-ci travaillent jusqu’au 2 avril de l’année suivante pour atteindre le salaire annuel perçu par les hommes à postes égal – la différence horaire moyenne étant de l’ordre de 16 cents.

N’oublions toutefois pas que les inégalités salariales ne s’articulent pas seulement le long de la dimension genre, la race et/ou l’origine ethnique ainsi que la classe constituent des facteurs à ne pas négliger, bien au contraire. Et de rappeler que le concept d’intersectionalité cher au féminisme a été développé par la chercheure américaine Kimberlé Crenshaw dans le cadre de luttes syndicales (en lien avec des questions de harcèlement sexuel entre autre) où les travailleuses noires constituaient un angle mort, comme carrefour des oppressions de genre et de race, pour la défense de leurs droits par leurs pair-e-s et par le système judiciaire.

Bérénice K. Schramm

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s