Réflexion | Reflection

Brésil: soupçons sur la procédure de destitution

La procédure de destitution de la première femme élue présidente du Brésil : la jeune démocratie sud-américaine à l’agonie

Licia Bosco

Inculpée de maquillage des comptes publics, la Présidente Dilma Rousseff a été suspendue de ses fonctions présidentielles par le Sénat fédéral brésilien pour 180 jours, période pendant laquelle une enquête parlementaire est mise en place pour statuer sur sa destitution définitive.

Or, malgré l’apparente légalité de la procédure de destitution contre la Présidente brésilienne, le contexte politique et la manière dont cette procédure a été conduite suscite beaucoup de soupçons sur sa légitimité. En effet, tout(e) citoyen(ne) brésilien(ne) peut faire démarrer un processus de destitution contre le(a) chef(fe) d’État en exercice, mais une telle demande doit être acceptée par le(a) Président(e) de la Chambre des députés[1]. En l’occurrence, Eduardo Cunha, Président du Congrès brésilien, actuellement écarté de son mandat pour des actes de corruptions et de blanchiment d’argent, est accusé d’avoir mis en place la demande de destitution contre Dilma Rousseff par vengeance, car avant d’être lui-même suspendu de ses fonctions, il s’est déclaré ennemie juré de la Présidente de la République, qui a toujours empêché toute sorte d’entrave aux enquêtes judiciaires et administratives lancées contre lui[2].

Il faut souligner aussi que le nouveau gouvernement intérimaire est composé par le vice-président, Michel Temer [3], et une équipe exclusivement masculine[4], qui ne représente pas la diversité de la population brésilienne[5]. D’ailleurs, parmi les premières mesures prises par l’actuel gouvernement, le Ministère de la Culture[6], de la Femme, de l’Égalité Raciale et des Droits de l’Homme[7] ont été supprimés. En plus, sans compter la menace qui pèse sur l’élimination de nombreux programmes sociaux promus par le gouvernement de Dilma Rousseff, les brésilien(ne)s craignent l’arrivée d’une grande austérité, qui a déjà été annoncée par le nouveau gouvernement fortement soutenu par les centrales patronales[8].

Enfin, si la Présidente brésilienne perd définitivement son mandat, l’actuel gouvernement intérimaire doit la remplacer jusqu’aux prochaines élections qui auront lieu en 2018, car c’est ce qui est prévu par la constitution brésilienne, en cas de destitution définitive. Ainsi, pour toutes ces raisons, cette procédure de destitution ne paraît pas très légitime, et certains pays latino-américains s’opposent à reconnaître le nouveau gouvernement intérimaire[9]. D’ailleurs, l’OEA (Organisation des États américains) a déjà manifesté ses inquiétudes sur la légitimité et la légalité de la procédure de destitution de la Présidente brésilienne[10], ainsi que l’Union des nations sud-américaines (Unasur)[11].

 

[1] http://www.challenges.fr/monde/20160420.CHA8104/bresil-etats-unis-france-les-procedures-pour-destituer-le-president.html

[2] http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/05/11/comprendre-la-chute-de-dilma-rousseff-en-8-episodes_4917663_4355770.html

[3] http://fr.euronews.com/2016/05/17/au-bresil-michel-temer-en-mauvaise-posture/

[4] http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20160513.AFP5163/bresil-ou-sont-les-femmes-dans-le-nouveau-gouvernement.html

[5] http://www.huffingtonpost.fr/2016/05/12/michel-temer-bresil-succession-dilma-rousseff-paradoxe-corruption_n_9925388.html

[6] http://www.telerama.fr/monde/au-bresil-le-nouveau-pouvoir-sacrifie-le-ministere-de-la-culture,142432.php.html

[7] https://blogs.mediapart.fr/charlotte-dafol/blog/180516/bonjour-bresil

[8] http://www.boulevard-exterieur.com/Bresil-le-tournant-liberal-de-Michel-Temer.html

[9] http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2016/05/16/apres-la-chute-de-dilma-rousseff-le-nouveau-gouvernement-bresilien-ne-seduit-pas_4920059_3222.html

[10] http://fr.insidetheworld.org/2016/05/11/secretaire-de-loea-a-fait-appel-devant-la-cour-contre-la-destitution-de-dilma-rousseff/

[11] http://pcfob.centerblog.net/936-successeur-de-rousseff-suscite-rejet-ou-inquietudehttp://pcfob.centerblog.net/936-successeur-de-rousseff-suscite-rejet-ou-inquietude

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s