Les directrices et les coordinatrices | Directors and Coordinators

Directrices

Emmanuelle Tourme-Jouannet

Professeure à l’Ecole de droit de Sciences Po Paris (France).

Page personnelle

photos-colloques-26-28-janvier-2013-015



Laurence Burgorgue-Larsen

Professeur à l’Ecole de droit de la Sorbonne, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (France)

Page personnelle

LBL-Photo Laval


Horatia Muir-Watt

Professeur à l’Ecole de droit de Sciences Po Paris (France)

Page personnelle

muirwatt61


Hélène Ruiz Fabri

Professeure, Directrice et membre scientifique à l’Institut Max Planck Luxembourg.

Page personnelle

Photo HRF-2014-DSC06431


Coordinatrice

img_7138

Bérénice K. Schramm

Chercheure postdoctorante
Fonds national suisse de la recherche scientifique
CÉDIM, UQÀM | Centre for Gender Studies, SOAS

berenice.schramm@graduateinstitute.ch

Docteure en droit international de l’Institut de Hautes Études Internationales et de Développement de Genève (2015), elle a proposé dans sa thèse une épistémologie des interactions entre juge et fiction juridique, avec pour illustrations trois exemples dans la jurisprudence de la Cour internationale de Justice. Fascinée par les questions d’interprétation et de philosophie du droit et de son rapport au monde, elle souhaite à présent adopter une approche résolument féministe dans ses recherches, et promouvoir une théorie du droit plus humaniste. Elle est affiliée au Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CÉDIM) à l’Université du Québec à Montréal (UQÀM) ainsi qu’au Centre for Gender Studies de SOAS. Elle travaille sur son projet qui vise à interroger d’un point de vue féministe post/dé-colonial le droit international dans ses dimensions épistémologique, herméneutique et didactique.

Bérénice Schramm holds a PhD in international law from the Graduate Institute of International and Development Studies (Geneva, 2015). In her thesis, she provided an epistemology of the interactions between the figures of the judge and that of the legal fiction, on the basis of three case studies taken from the jurisprudence of the ICJ. Legal interpretation and legal philosophy, in addition to the relationship of law to the world, are her main areas of interest. In this perspective, she wishes now to use feminist approaches in her future work in order to promote a humanist theory of law. She is currently affiliated with the CÉDIM at Université du Québec à Montréal (UQÀM) and the SOAS’ Center for Gender Studies. She is working on her research project which focuses on a post/de-colonial feminist exploration of international law in its epistemological, hermeneutic and pedagogical dimensions.

Coordinatrice adjointe

Jardin Luxemburg

Emily Jones

SOAS (University of London)

Emily Jones est lectrice à la faculté de droit de l’Université de Sussex. Sa recherche vise à repousser les limites/frontières des approches féministes en droit international en faisant recours à la philosophie féministe française/francophone. Son cas d’étude est souveraineté. Emily Jones souhaite ainsi produire une analyse poussée de souveraineté en droit international d’un point de vue féministe.

Emily Jones is a Lecturer at the University of Sussex School of Law. Her work aims to push at the boundaries/limits of feminist approaches to international law through applying French feminist philosophy. The test site for her project is sovereignty. Her work therefore also aims to provide a more in depth analysis of sovereignty in international law from a feminist perspective.

Page personnelle / Personal page: https://www.essex.ac.uk/people/jones48003/emily-jones

Publicités